Terrasse Jardin

La terrasse est le prolongement direct du salon, la pièce à vivre la plus agréable dès qu’arrivent les beaux jours. On y prend les repas, on y fait la sieste, on y bavarde entre amis… Raison de plus pour que cela se passe parmi les plantes.

Terrasse Jardin

Profiter d’une terrasse, c’est retrouver le plaisir de vivre dehors tout près de la maison, dans un espace privilégié. L’art de la villégiature en quelque sorte. Les plantes en bac y jouent un rôle apaisant en faisant la transition avec le jardin. Le microclimat créé par la proximité de la maison permet d’héberger des plantes plus fragiles, accentuant l’impression d’exotisme.

Le jardin des Hespérides

Ainsi, c’est le meilleur endroit pour profiter d’agrumes, oranger ou mandarinier en bac, qui y sont souvent plus heureux que dans une véranda trop chaude, y compris en hiver, où il suffit de les caler contre les murs et de les envelopper de voile d’hivernage. Cela leur convient parfaitement sur la Côte d’Azur, en Provence et Roussillon, mais aussi sur la zone soumise à l’influence atlantique, de la Bretagne au Pays basque. En vous limitant au kumquat, au satsuma et au mandarinier, qui sont les plus rustiques, vous n’aurez pas besoin de véranda pour les hiverner. Il vous suffira de les rapprocher de la maison, puis de les entourer d’un voile pendant les coups de froid. Prenez un bac en bois, plus isolant. En été, mettez-les au soleil du matin de préférence et pensez à les arroser régulièrement. Voici un petit truc pour vous y faire penser : plantez à leur pied des impatiens qui ont des besoins élevés, elles vous feront signe en fanant ! Une idée magnifique consiste à installer aussi dans le même bac un agrume et une bougainvillée, qui fleurira dès le mois d’avril. Tout ce petit monde est vorace, et des arrosages au purin d’ortie sont les bienvenus.

Un air des Tropiques

L’illusion exotique sera totale si vous adoptez des palmiers ou, mieux encore, un cycas qui leur ressemble beaucoup. Avec le temps, il devient une vraie sculpture vivante. Pour animer sa silhouette hiératique, rien de tel que de faire grimper dedans une ipomée à fleurs blanches. Vous pouvez aussi installer non loin de là, dans des grandes poteries de terre cuite (ou les excellentes imitations en plastique que l’on propose désormais) un plumbago du Cap ou un lantana orangé, voire les deux pour l’harmonie du contraste. Vous avez ainsi l’assurance d’un été fleuri. Le jaillissement des agapanthes évoque immédiatement les terrasses des grands hôtels. Un vrai luxe quand on doit les acheter déjà de belle taille, mais commencez par des simples godets et, en trois ans, vos potées seront déjà magnifiques et ne feront qu’embellir par la suite. Il vaut mieux les laisser seules dans leurs pots et ne pas bousculer les racines par des rempotages annuels car elles adorent vivre dans des petits volumes de terre. En compensation, pensez à arroser régulièrement en été, et disposez les potées de façon à ce que le soleil de l’après-midi les épargne.

Des rhodos en bacs

Dans les régions où la terre n’est pas naturellement acide, c’est-à-dire la plus grande partie de la France, cultiver des rhododendrons est une gageure, même avec des apports massifs de terre de bruyère, ce qui n’est d’ailleurs pas très écologique. En revanche, on peut parfaitement les cultiver en bac, à condition de choisir les variétés naines, comme les yakushimanum, dont le feuillage est beau toute l’année. Un bac de 30 cm de côté suffit, rempli de terre de bruyère. Pour les arrosages, privilégiez l’eau de pluie, ou ajoutez deux cuillère à soupe de vinaigre blanc dans l’arrosoir et laissez agir pendant une heure. Un produit antichlorose fera aussi l’affaire. Placez le pot de façon à ce que votre rhodo ne reçoive pas le soleil de l’après-midi. Pour une scène intéressante toute l’année, disposez tout près un skimmia, qui fleurira en avril, et des bruyères associées à des cyclamens pour l’automne.

Au royaume des parfums

La terrasse est aussi un lieu privilégié pour goûter au plaisir des fleurs parfumées. Elles sont à portée de nez et avec le jeu des potées, rien de plus simple que de les rapprocher quand elles sont les plus odorantes. Les lavandes seront la base de votre orgue des senteurs. En choisissant les variétés, vous aurez des fleurs dès le mois d’avril, avec la lavande papillon, jusqu’en septembre avec la lavande vraie. De toute manière, le feuillage est parfumé toute l’année, il suffit de le frôler pour s’en convaincre. Pour mystifier vos amis, adoptez aussi un hélichrysum italicum, surnommé aussi plante curry. Le feuillage fin et argenté ressemble à s’y méprendre à celui de la lavande, mais il dégage une intense sen-teur d’épices dès qu’on le caresse. Par les aprèsmidi de grande chaleur, il embaume même tout seul. Un seul sujet suffit ! Le romarin sera un compagnon parfait. Il en existe de multiples formes, dressées ou rampantes. Taillez régulièrement les premières pour les calmer et laissez les autres dégringoler des bacs. Dès que l’on parle parfum, difficile de ne pas évoquer le jasmin. Si votre terrasse comporte une pergola ou un treillage le long de la maison, le choix du jasmin s’impose. Là encore, il existe de nombreuses variétés. Ne misez sur le jasmin officinale que si vous disposez de beaucoup de place. Le jasmin sambac est l’un des plus parfumés, mais il faudra le protéger en hiver, en le disposant dans le coin le plus douillet. Plus rustique, le faux jasmin (Trachelospermum jasminoides) est aussi parfumé que le vrai. Son feuillage persistant et coriace est décoratif en toute saison. Amusez-vous à planter dans le même bac un dipladenia, qui apportera une touche de couleur tout l’été. Pour rester dans une note parfumée, vous pouvez aussi planter quelques pétunias cascade bleu nuit qui répandent un parfum suave dès que le soir arrive, vous invitant à les arroser et à profiter pleinement de ce moment merveilleux que l’on appelle le serein. Ah, que l’été est doux…

En fleurs tout l'été

Si vous profitez surtout de votre terrasse en plein été ou s’il s’agit d’une terrasse autour d’une piscine, misez sur des arbustes installés dans des grands bacs, ce qui simplifie la tâche de l’arrosage. Les abelias sentent délicieusement bon et fleurissent sans discontinuer de juillet aux gelées. Le caryopteris apporte une note bleue plus ou moins accentuée, certaines variétés ayant un feuillage panaché ou doré du meilleur effet. En le rabattant court en avril, vous l’obligez à pousser en boule dense, façon lavande. Plantez juste à côté une ipomée qui se faufile et réjouit le regard quand s’épanouissent ses grandes liserons bleus.

Par Jean-Paul Collaert. Photos D.R.

Résidences Secondaires n°47 - Juin-juillet 2007