La Drôme

La Drôme, marche-pied de la Provence ? Non, c’est bien trop réducteur. La Drôme a des qualités et des atouts qui n’appartiennent qu’à elle. Cela dit, il est vrai que les prix de l’immobilier de charme sont encore loin de ceux pratiqués un peu plus au sud. Mais ce n’est pas son seul intérêt. Huit professionnels nous en disent plus.

Les intervenants : -Nicolas Dacheà Saint Vallier, Jean-Albert Caillard à Loriol, François Lopez à Montélimar, Jacqueline Rio à Dieulefit, Jean-Charles Ry à Montélima, Dominique Peter à Crest, Agélique Dosda à Mirmande et Philippe Tarriotte à Montélimar

La Drôme, c’est la Provence ?

Dominique Peter (Aedium Immobilier) : La Drôme se trouve entre le Dauphiné et la Provence mais avec un net penchant pour le sud. C’est la porte de la Provence, une sorte de frontière entre le nord et le sud de la France. Le sud de la Drôme se nomme donc la Drôme provençale car ici commencent les cigales et la lavande… Le découpage en plusieurs pays correspond aux légères différences de climat, de paysages et d’architecture présentes au sein de ce département.

Nicolas Dache (Rey Immobilier) : Effectivement, au nord, nous avons la Drôme des collines, un pays calme et boisé qui s’étend des pentes du massif du Vercors jusqu’à la Vallée du Rhône et qui bénéficie d’un climat un peu plus frais que la Provence.

Jean-Charles Rey (Rey Immobilier) : C’est le soleil et la Provence qui attirent les acheteurs en Drôme provençale. Nous avons un certain nombre de clients qui n’ont pas forcément les moyens d’acheter dans le Luberon, dont la notoriété a fait flamber les prix du marché, et qui découvrent que la Drôme provençale présente exactement les mêmes caractéristiques, sauf en matière de prix.

Angélique Dosda (Entre Pierres et Soleil) : Certains clients veulent absolument une résidence secondaire en Drôme des collines car ce pays correspond à leur envie de campagne, de calme et de verdure. De plus, c’est un peu moins cher que la Drôme provençale.

Jean-Albert Caillard (Espace Immo 26 07) : Notre région est bien plus belle que le Luberon ! Plus sérieusement, c’est un département qui est resté authentique et plutôt préservé de l’urbanisation.

Philippe Tarriotte (Tarriotte Immobilier) : Nos clients recherchent principalement le soleil. -

Jacqueline Rio (Drôme Patrimoine) : Et nos charmants petits villages….

François Lopez (Immobilière les Allées) : Et l’accessibilité. Le TGV, l’autoroute sont pour beaucoup dans l’attrait suscité par notre région auprès des Parisiens et des Lyonnais.

Que trouve-t-on en Drôme et à quel budget ?

J-A.C. : Il est difficile de parler prix. Il y a six ans, j’ai vendu une maison de lotissement à 100 000 euros. Aujourd’hui elle a été remise sur le marché à 220 000 euros. Cela montre à quel point l’augmentation des prix a été très importante, même si à l’heure actuelle, le marché est dans une phase de stabilisation. Le désir des acheteurs d’une maison secondaire se portent toujours sur la maison en pierre, mais il faut disposer d’un budget assez élevé. Une maison en pierre avec travaux à 100 000 euros, ça n’existe plus. Pour une jolie maison restaurée, 450 000 euros est un budget de départ.

P.T. : On ne peut pas faire de moyenne. Les prix sont aussi variés que la géographie de la Drôme.

D.P. : Je ne suis pas d’accord. Même si on tient compte de la multiplicité des marchés, on tend vers une uniformisation des prix du nord au sud du département. Il est partout difficile de trouver une belle bastide avec 5 000 m2 de terrain, voire plus car la demande est importante pour plusieurs hectares, à moins de 450 000 euros.

N.D. : Mais si, c’est possible de trouver une maison, pas forcément une bastide mais avec plusieurs hectares en Drôme des collines, à un prix inférieur.

J.R. : A Dieulefit, qui se trouve dans une très jolie région, une charmante bastide se vend en moyenne autour de 500 000, 600 000 euros. Le prix varie évidemment en fonction des prestations.

N.D. : Au nord de la Drôme, ce sera un prix maximum pour un bien correctement restauré.

A.D. : A Mirmande, pour une très belle maison rénovée dans les règles de l’art, on peut dépasser le million d’euros.

F.L. : Le problème c’est parfois le prix demandé par rapport à la qualité de la restauration. Aujourd’hui, les acheteurs veulent une rénovation de grande qualité car, ce qui était autrefois un pied-à-terre, est destiné à être un lieu de vie avec autant de prestations qu’une résidence principale. Si la restauration n’est pas correcte, il faudrait pouvoir ajuster le prix de vente en conséquence.

J-C.R. : Pour trouver des prix plus intéressants, il faut accepter de faire plus de kilomètres pour accéder à sa résidence secondaire.

Quel budget faut-il prévoir pour une maison de village en pierre ?

D.P. : A titre d’exemple, j’ai récemment vendu une jolie maison de hameau avec un petit extérieur, 170 000 euros.

F.L. : On arrive tout à fait à trouver des maisons avec terrasse et jardin de curé dans de jolis villages à 150 000 ou à 170 000 euros.

D.P. : Un petit pied-à-terre dans un sympathique village drômois peut se vendre en dessous de 100 000 euros.

P.T. : Il faut prendre en compte la latitude et l’éloignement de la maison des principaux axes autoroutiers et ferroviaires. Plus on est au sud, plus les prix grimpent et plus on s’éloigne des axes, moins c’est cher.

J-A.C. : A contrario, si on trop proche de l’autoroute, le prix baisse…

Avez-vous une demande pour des maisons contemporaines ?

J-A.C. : Tous les acheteurs de résidence secondaire ne veulent pas forcément une maison ancienne. Les acquéreurs qui souhaitent passer leur retraite dans notre région sont souvent à la recherche de maisons contemporaines avec jardin et si possible de plain-pied. Il faut alors prévoir un budget compris entre 200 000 et 300 000 euros.

J-C.R. : Le coeur de la demande reste quand même la pierre. L’aspect pratique vient en second.

D.P. : Cela risque d’évoluer car les études prévoient un important flux de population de retraités vers le Sud-Est et le Sud-Ouest de la France dans les dix prochaines années.

Avez-vous une demande pour des maisons contemporaines ?

J.C. : Non, pas vraiment. Ils constituent environ 10 % de notre clientèle.

L.P. : C’est le même pourcentage chez nous. Notre clientèle privilégiée est plutôt constituée de retraités qui sont déjà propriétaires en région parisienne et qui ont des budgets d’acquisition élevés par rapport aux locaux.

D.C. : J’ai également constaté l’arrivée d’acheteurs qui souhaitent quitter le sud de la France pour notre vert pays. Ils veulent plus de calme et plus de sécurité.

Est-ce que le pourcentage d’acheteurs étrangers croît avec les prix ?

F.L. : Dans les Bouches-du-Rhône, à Saint-Rémyde- Provence, par exemple, la clientèle est constituée à 80 % d’étrangers. Mais c’est un village qui bénéficie d’une notoriété internationale. Ce n’est pas le cas des principaux villages de la Drôme.

J-C.R. : Effectivement, les étrangers, les Anglais par exemple qui sont très friands de Provence, ne localisent pas du tout la Drôme. Notre département souffre un peu d’un déficite d’image auprès de nos amis européens.

Comment percevez-vous le marché dans les prochains mois ?

F.L. : Nous sommes dans une période de stagnation des prix mais je ne vois pas de baisse dans les semaines à venir. Car l’attrait pour notre région est croissant. Pour des raisons géographiques, climatiques et de qualité de vie. La Drôme est destinée à séduire des acquéreurs toujours plus nombreux. Et les prix restent moins élevés que dans les grandes villes françaises. Nous avons moins de contacts qu’avant mais toutes les demandes sont sérieuses. A nous, agents immobiliers, de répondre à cette quête de la maison idéale de manière très professionnelle.

D.P. : Nous avons vécu une période très “faste”, aujourd’hui le marché ralentit. Mais je pense qu’il va repartir. C’est donc le moment d’acheter !

P.T. : Certains de mes clients me disent qu’ils auraient du acheter il y a dix ans. Je leur réponds de se méfier car ils pourraient bien dire la même chose dans dix ans s’ils ne font rien aujourd’hui !

Residences Secondaires N° 47 - juin - juillet 2007

Propos recueillis par Nicolas de Rouyn

Nos annonces

Afficher Player Player

Viager

26 - Montelimar

Bruno Melun (06 80 95 91 83 - bruno.melun@neuf.fr) de l'agence Adm vous ...

ref : 1459792

SAS EXPERT VIAGER

Tél : 0660131891 - 0164357481

Atypique

26 - Drôme

Est Dieulefit. Dans un havre de verdure, jolie bergerie rénovée composée d'un séjour ...

ref : 16085359

DRÔME PATRIMOINE

Tél : 04 75 46 87 72

Maison

26 - Drôme

Proche Grignan, très bel emplacement au calme avec superbe vue. Villa de 160 ...

ref : 560272

TARRIOTTE IMMOBILIER

Tél : 04 75 51 82 05

Appartement

26 - Drôme

Dieulefit. Appartement de type F1 de plain-pied avec une cuisine indépendante entièrement aménagée ...

ref : 16690400

DRÔME PATRIMOINE

Tél : 04 75 46 87 72

Atypique

26 - La Bégude-de-Mazenc

Maison de village entièrement rénovée comprenant une pièce a vivre avec cuisine équipée, ...

ref : 16632379

DRÔME PATRIMOINE

Tél : 04 75 46 87 72