le Vaucluse

Le Luberon, surtout. Et le Comtat Venaissin. Ces campagnes de Provence qui font rêver l’Europe entière. Ceux qui n’ont pas acheté il y a dix ans se mordent les doigts. Ceux qui n’achètent pas aujourd’hui se mordront les doigts dans dix ans. Ainsi va la vie dans l’une des régions les plus prisées de France…

Les intervenants : -Vincent Boeuf (Lubéron Investissement), Carola Wagner (Agence Carola Wagner), Marie Masson (Soleil Immobilier), Rudi Janssens (Janssens Immobilier), Valérie Collinet (Roussillon Immobilier), Patrick Gatinet (ZG Immobilier en Lubéron), Lionel Houant(Immobilière du Lubéron), Marie-Madeleine Nelson (Un Mas en Provence),Charles Sarrazin (Sarrazin Immobilier), Sylvain Lenoir (Provence Secrète) et Michel Bujard (Visum International)

le Vaucluse
Ci-dessus, au coeur d’un joli village du pays des Sorgues, ce charmant mas de 180 m2 dispose

Comment se porte le marché immobilier dans le Vaucluse ?

Rudi Janssens : Il est de moins en moins saisonnier. Il y a deux ans encore, nous vendions peu de choses l’hiver. Aujourd’hui, les clients font du “lèche-vitrine” sur les sites internet des agences. Du coup, l’hiver a été assez dynamique et le début du printemps un peu moins.

Patrick Gatinet : Il n’y a jamais eu vraiment de saisonnalité dans le Luberon, mais il est vrai que les élections ont provoqué un net ralentissement des acquisitions du côté des acheteurs français. En revanche, elles n’ont eu aucune incidence sur le comportement des acquéreurs étrangers.

Vincent Boeuf : J’ai également noté un certain attentisme pendant la période préélectorale.

Sylvain Lenoir : J’ai fait des transactions juste avant les élections, mais c’est maintenant que cela redémarre vraiment.

Michel Bujard : Pour ma part, j’ai davantage de demandes qu’en 2006. Mais les gens mettent plus de temps à se décider.

Lionel Houant : Le marché est dynamique, mais peu d’affaires se concrétisent pour l’instant. Maintenant que les élections sont terminées, je ne vois pas d’obstacle au retour de la confiance.

Marie-Madeleine Nelson : Les élections ne sont pas le seul phénomène à mettre en cause. Les prix ont tellement augmenté ces dernières années que les clients attendent une baisse. Devant la surestimation de certains biens, on se dit qu’ils n’ont pas tort.

Les gens ont raison d’attendre, même pour des biens qui ne sont pas surévalués ?

    1. : Non. Si la maison est belle et bien située, il ne faut pas attendre. Dans le Luberon comme partout ailleurs.

R . J. : Les chiffres publiés par la Chambre des Notaires peuvent nous aider à apprécier plus clairement l’état du marché. Dans le Vaucluse, les prix ont augmenté de 12 %. A contrario, dans le Luberon, ils ont baissé de 1 %, et jusqu’à 3 % dans le pays d’Apt. Ces chiffres qui prennent en compte toutes les transactions permettent de dégager une tendance. Les prix stagnent dans le Luberon et augmentent tout autour. Dans le secteur de l’Isle-sur-Sorgue, ils ont grimpé de 15 à 20 % et en Avignon, de 10 %.

    1. : Nous ne sommes pas dans le même cas de figure que dans les grandes villes, où les prix sont déterminés par des critères précis, quartier, état de l’immeuble, orientation de l’appartement, étage élevé ou non… Ici, il est moins évident d’évaluer un bien et des erreurs d’appréciation sont possibles. Par exemple, lorsqu’un vendeur ne prend pas en compte l’environnement et les éventuelles nuisances. Cependant les prix des belles propriétés ne baissent pas et ne baisseront pas. Nous sommes sur un micromarché. S’il y a un certain ralentissement, c’est uniquement parce que les acheteurs sont de plus en plus exigeants et qu’ils prennent leur temps avant de se décider.
    1. : Personnellement, je trouve que les prix deviennent plus raisonnables et je crois que le fait d’avoir beaucoup de biens à la vente est en partie dû au renouvellement générationnel. Les “pionniers” du Luberon, ceux qui ont acheté leur propriété dans les années 70, se mettent à revendre leurs biens.

Est-il possible de trouver quelque chose de charmant en dessous de 500 000 euros ?

    1. : Dans le Luberon, il faut compter 1 200 euros le m2 pour des biens à rénover entièrement et jusqu’à 6 000 euros le m2 pour une jolie maison. On peut encore trouver des maisons de village entre 100 et 400 000 euros. Il existe aussi de ravissants pied-à-terre avec jolie vue, perchés en haut des villages, à des prix raisonnables. Mais ils ne restent pas longtemps à la vente.

M-M. N. : Si le parc du Luberon est protégé, il y a quand même un certain nombre de maisons neuves qui se construisent autour des villages. Ce genre de bien, qui peut intéresser des clients à la recherche d’une résidence secondaire est cependant assez cher par rapport aux propriétés de caractère.

    1. : Cela s’explique par le fait que les prix des terrains ont augmenté. L’investissement est maintenant presque équivalent à celui qu’exige une maison ancienne avec travaux.

D’où vient votre clientèle ?

    1. : La majorité vient de Paris, le reste de Belgique et de Suisse.
    1. : Nous avons pas mal de clients belges, un peu d’Anglais et des Scandinaves.
    1. : Il y a effectivement plus de Scandinaves aujourd’hui, la région étant devenue facilement accessible depuis l’apparition des compagnies low coast qui mettent Marseille à une heure de l’Europe du Nord.
    1. : 40 % de notre clientèle est étrangère. Nous avons toujours beaucoup vendu aux Belges et aux Hollandais, depuis peu à des Allemands.
    1. : À Roussillon, nous avons 80 % de clients français, qui viennent de Paris, de Lyon et de la Côte d’Azur et 20 % d’Anglais.

L . H. : À Ménerbes, c’est “moitié-moitié” entre les Français et les étrangers.

Comment voyez-vous l’avenir ?

    1. : Sereinement. Quand ils veulent vraiment vendre, les propriétaires qui surévaluent leur bien finissent toujours par se ranger à notre avis, et ils acceptent de baisser leur prix.
    1. : On assiste actuellement à un rattrapage en matière de prix des régions périphériques par rapport au Luberon. Mais bon, soyons honnêtes, le Luberon est beaucoup plus joli ! Donc si les prix pratiqués dans les alentours d’Avignon s’alignent sur ceux du Luberon, le Luberon ne pourra qu’augmenter à nouveau. C’est donc le moment d’acheter !
    1. : Après une période de ralentissement, le marché redémarre. Les choses bougent.

M-M.N. : Tout va mieux dans le Luberon !

Residences Secondaires N° 48 - août - septembre 2007

Propos recueillis par Nicolas de Rouyn

Nos annonces

Afficher Player Player

Propriété

84 - Gordes

Gordes, Luberon, le village à pieds et pourtant sans les nuisances du village.Ancien ...

ref : 11387069

TRIANGLE IMMOBILIER

Tél : 0490612073

Maison

84 - Ménerbes

MENERBES Au cœur du village et au calme Demeure 18ème restaurée face au ...

ref : 11247962

IMMOBILIERE DU LUBERON

Tél : 04 90 72 38 40

Maison

84 - Robion

Robion, proche centre ville et toutes commodités, très jolie villa dans un quartier ...

ref : 11392054

TRIANGLE IMMOBILIER

Tél : 0490612073

Maison

84 - Pernes-les-Fontaines

Pernes les Fontaines. En campagne, très beau mas du 19ème siècle restauré, ayant ...

ref : 11392055

TRIANGLE IMMOBILIER

Tél : 0490612073

Propriété

84 - Carpentras

Loriol à 2 pas très beau Mas du 19°, vous serez séduit par ...

ref : 11387071

TRIANGLE IMMOBILIER

Tél : 0490612073