L'immobilier dans la Drôme

8 professionnels et la Drôme

La Drôme, une Provence plus verte, des paysages à couper le souffle, un paradis dédié aux gastronomes, des champs de lavandes, des montagnes et des rivières, tout le Sud, déjà, mais en plus tempéré. C’est bien normal que la moitié du monde urbain en rêve si fort que les prix commencent à avoir le tournis...

Les intervenants : -JEAN-CHARLES REY (REY IMMOBILIER À MONTÉLIMAR), DOMINIQUE PETER (AEDIUM À CREST), JACQUELINE RIO (DROME PATRIMOINE À DIEULEFIT), YANNICK COSTECHAREYRE (IMMOBILIER ROSS & CROSSMANN ARCHITECTURE À SAINT-PAUL-TROIS-CHÂTEAUX), PHILIPPE TARRIOTTE (TARRIOTTE IMMOBILIER À MONTÉLIMAR) ET FRÉDÉRIC JOUBERT (FONCIA CEFAC À PIERRELATTE)

Dans quelle partie de la Drôme travaillez-vous?

Jean-Charles Rey : Rey Im­mobilier est situé à Montéli­mar. J’ai également une au­tre agence à Saint-Valuer, en Drôme des collines, c’est-à-dire au nord de Valence.

Frédéric Joubert : Foncia Cefac se trouve à Pierrelatte, en Drôme Provençale à mi-chemin entre Valence et Avi­gnon et au carrefour de quatre départements, Drôme, Ardèche, Gard et Vaucluse

Jacqueline Rio : Je m’occu­pe de l’agence Drôme Patri­moine, située à Dieulefit.

Dominique Peter : L’agen­ce AEDIUM est installée à Crest, et nous avons trois autres agences à Livron-sur­Drôme, Die et depuis peu à Valence.

Yannick Costechareyre :

L’immobilier Ross & Crossmann Architecture se trou­ve à Saint-Paul-Troïs-Châ­teaux, au sud du départe­ment, mais nous vendons des propriétés de caractère dans tout le sud est de la France.

Philippe Tarriotte : Tar­riotte Immobilier est situé à Montélimar

La Drôme, c’est déjà la Provence... Peut-on encore y acquérir une maison à restaurer ?

Y.C. Oui. Il reste des pro­priétés extraordinaires à restaurer ! Évidemment ce sont des bien rares en terme de qualité. Cepen­dant, on peut encore trou­ver de petites maisons “dans leur jus”, vraiment authentiques, pour 250 000 euros. J’en ai récemment vendu une très jolie, située dans un bel environnement et assortie de 3 000 m 2 de terrain, pour 255 000 euros.

J-C.R. Cela arrive, en effet. Mais il devient quand même assez difficile de trouver exactement ce à quoi rêvent les gens, c’est-à-dire une jolie maison à restaurer avec un jardin, et un bel environnement sans aucune nuisance.

D.R. Pour être tout à fait précis, disons seulement qu’une fermette à restaurer pour moins de 150 000 euros, cela n’existe plus!

Ce patrimoine restauré correspond-il aux demandes de vos clients?

Y.C. : Oui, et non ! Il arrive que nous ayons à la vente de très belles choses avec une façade correctement refaite mais un intérieur à la décoration datée, ce qui n’est pas très grave. Ce qui l’est davantage, c’est une restauration mal faite car il faut tout recommencer, alors que le prix de vente tient compte des travaux qui ont déjà été faits.

P.T. Pour l’essentiel, on trouve quand même des fermes bien restaurées avec beaucoup de sobriété. Et dans la catégorie des villas, il y a de plus en plus de jolis biens à la vente. Même si parfois, les acheteurs qui se tournent vers ce type de produits le font par dépit car ils auraient préféré acheter des vieilles pierres. Ce sont les “recalés de la pierre”

Ces acheteurs, justement, que viennent-ils chercher ici?

D.P. La situation de la Drôme est très enviable. On est à la fois proche de la mer et de la montagne, et pour peu qu’on s’éloigne de la vallée du Rhône, on tombe sur un environne­ment très préservé. Le cli­mat évidemment est une de nos meilleures cartes de visite. Nous bénéficions du même climat que la Proven­ce, mais les prix sont plus bas ici

J-C.R. Cependant, tout le monde ne recherche pas forcément la Provence en Drôme. Il y a aussi beau­coup d’adeptes de la Drôme des collines, au nord. Le cli­mat y est un peu différent. C’est un horizon de dégra­dés de verts, modelé tout en douceur et en rondeurs. Il y a des maisons en galets et une terre sillonnée de rivières, couverte de vergers qui se colorent de blanc et de rose au printemps. Sur la rive gauche du Rhône, les vignobles du fameux Her­mitage recouvrent la colli­ne. Et on est à seulement trois quart d’heure de Lyon.

Y.C. Haroun Tazieff disait que “la Drôme est le plus beau département français”. On la compare d’ailleurs souvent à ‘lIe de Beauté pour la diversité de ses pay­sages. En fait, il y a cinq pays dans la Drôme. Du nord au sud, c’est la Drôme des collines, il y a la plaine de Valence, Royans-Vercors à l’est, la vallée de la Drôme et la Drôme proven­çale. Le nord se distingue du sud aussi bien par son climat et son relief, que par son architecture et... ses prix, Ils sont plus élevés au sud, très prisé par une clien­tèle lyonnaise en demande d’un climat méditerranéen.

Avez-vous bénéficié du fameux “effet TGV”?

D.P. Oui, j’ai pas mal de clients qui ont acheté ici alors qu’ils travaillent tou­jours à Paris. C’est surtout le cas des professions libé­rales. L’aspect positif de cette “déiocalisation” est la modification du paysage rural. Des bourgades endor­mies se sont réveillées grâce à l’installation de cette nouvelle population. Cela a permis à des écoles de rou­vrir et à certains commerces de ne pas disparaître. Quant aux nouveaux arri­vants, ils ont trouvé une qualité de vie, un climat et des prix beaucoup plus attractifs qu’en région pari­sienne. Tout le monde y trouve son compte.

J-C.R. Je pense que c’est vraiment le climat qui attire les gens ici en tout premier lieu. Et, évidemment, la faci­lité d’accès est un vrai plus.

D.P. : Climat, qualité de vie, gastronomie, ces trois éléments constituent le fil conducteur des charmes de la Drôme. Pouvoir faire leur marché le week-end tran­quillement et acheter de bons produits, c’est ce que les gens veulent.

Les prix sont moins élevés ici que dans les départements situés plus au sud. Mais pour combien de temps?

J-C.R. Les prix ont atteint un niveau assez élevé et je pense que le marché va maintenant se stabiliser. D’ailleurs les acheteurs deviennent plus raisonna­bles, ils ne se décident plus sur un coup de tête. En revanche, les indicateurs prévoyant un boom démo­graphique ces prochaines années avec l’afflux de retraités, je ne pense pas qu’on puisse envisager une baisse des prix...

D.R : Oui, les prix se stabi­lisent. Mais il faut garder àl’esprit que le marché fran­çais reste moins cher que les autres marchés immobi­liers européens attractifs.

Y.C. : La demande a évo­lué, mais cette évolution ne s’est pas encore répercutée sur les prix. Aujourd’hui, dans la gamme la plus recherchée, c’est-à-dire celle des maisons de caractère, on a beaucoup de mal àtrouver des choses à moins de 300 000 euros.

Comment envisagez-vous l’avenir?

P.T. Pour l’instant, le mar­ché connaît une pause à cause de ce décalage entre la nouvelle attitude des acheteurs et celle de cer­tains vendeurs, qui ne veulent pas prendre en compte cette évolution. Du coup, les maisons mettent plus de temps à se vendre car elles sont surévaluées. Mais je pense que les choses devraient redémarrer d’ici quelques mois. Même s’il est toujours difficile de faire des prévisions en matière d’immobilier

Residences Secondaires N° 36 - août - septembre 2005

Propos recueillis par Nicolas de Rouyn

Nos annonces

Afficher Player Player

Viager

26 - Montelimar

Bruno Melun (06 80 95 91 83 - bruno.melun@neuf.fr) de l'agence Adm vous ...

ref : 1459792

SAS EXPERT VIAGER

Tél : 0660131891 - 0164357481

Atypique

26 - Drôme

Est Dieulefit. Dans un havre de verdure, jolie bergerie rénovée composée d'un séjour ...

ref : 16085359

DRÔME PATRIMOINE

Tél : 04 75 46 87 72

Maison

26 - Drôme

Proche Grignan, très bel emplacement au calme avec superbe vue. Villa de 160 ...

ref : 560272

TARRIOTTE IMMOBILIER

Tél : 04 75 51 82 05

Appartement

26 - Drôme

Dieulefit. Appartement de type F1 de plain-pied avec une cuisine indépendante entièrement aménagée ...

ref : 16690400

DRÔME PATRIMOINE

Tél : 04 75 46 87 72

Atypique

26 - La Bégude-de-Mazenc

Maison de village entièrement rénovée comprenant une pièce a vivre avec cuisine équipée, ...

ref : 16632379

DRÔME PATRIMOINE

Tél : 04 75 46 87 72