Le Morbihan

A l’image des grandes régions touristiques, la Bretagne du Sud a connu ces dernières années une hausse des prix importante. La bonne nouvelle ? Les professionnels de l’immobilier local sont formels : les prix atterrissent en douceur. Tant mieux.

Les intervenants : -Bernard Guillemot à Malestroit, Lucien Bouchama à Sainte-Anne-d’Auray, Anne Sorgues à Auray, Nicolas Simon à Crac’h, Anne Lancelot à Vannes, Catherine Fournier à Carnac, Frédéric Le Bec à Lorient, Pierre Guégan à Damgan, Pierre-Yves Chevalier à Arradon et Myriam Alavoine à Auray.

Dans quel secteur du Morbihan travaillez-vous ?

Myriam Alavoine : A.G.I. dispose de trois agences à Auray, Baden et Baud.

Nicolas Simon : Immobilier Mocquard se trouve à Crac’h. Nous couvrons tout le pays d’Auray.

Anne Lancelot : Foncia se trouve à Vannes.

Catherine Fournier : L’agence immobilière Fournier est installée sur le littoral, à Carnac.

Bertrand Guillemot : Bretagne Propriétés Services, ce sont trois agences installées à Malestroit, Guer et Josselin.

Pierre-Yves Chevalier : Dans le Morbihan, il y a deux agences Maison Rouge, à Vannes et à Arradon.

Lucien Bouchama : Solvimo se trouve à Saint- Anne-d’Auray.

Anne Sorgues : Guy Hoquet l’Immobilier se trouve à Auray et Belz.

Frédéric Le Bec : Je dirige l’agence Le Bec, à Lorient. Nous couvrons tout le littoral du Morbihan de Vannes à Guidel.

Pierre Guegan : Le Cabinet De Charry se trouve à Damgan.

La Bretagne et le Morbihan en particulier sont à la mode. Comment se porte le marché ?

P.G. : De plus en plus de gens cherchent à devenir propriétaires. Dans le secteur de Damgan, l’appartement de deux pièces au bord de la mer est le plus recherché. Dans la gamme de prix supérieure, plus de 300 000 euros, on a affaire quasi exclusivement à une clientèle parisienne. Evidemment, les petits prix se vendent dans l’instant car la demande est beaucoup plus importante que l’offre.

B.G. : C’est vrai. Le problème, c’est qu’il y a peu de petits prix. Il faut compter 300 000 euros pour une maison de pays en bon état et 250 000 quand il y a quelques travaux à prévoir. Mais nous sommes à l’intérieur des terres, les prix n’ont rien à voir avec ceux du littoral. Nous avons des produits intéressants à proposer à notre clientèle qui est en majeure partie constituée de citadins de la région parisienne et du sud de la France.

La clientèle étrangère est-elle très présente ?

  1. . : Non. À Carnac, on ne compte pas plus de 5 % d’étrangers parmi notre clientèle.

F.L.B. : Nous avons des Anglais mais aussi des Belges, des Suisses et des Allemands.

Revenons au marché. Les prix sont-ils surestimés ?

M.A. : La notion de bon prix est importante. Une maison qui est correctement estimée se vend très rapidement. Au contraire, celles qui sont surestimées ne se vendent pas. Entre 300 000 et 500 000 euros, c’est déjà un gros budget pour la région. Les gens n’achètent plus n’importe quoi à n’importe quel prix.

F.L.B. : C’est en partie grâce aux agents immobiliers ! Notre but est de trouver le prix qui va convenir à l’acquéreur et au vendeur. Aujourd’hui, nous avons un peu moins d’acquéreurs qu’il y a quelques mois. Ce n’est pas une mauvaise nouvelle, cela signifie que le marché s’assainit.

L.B. : Les vendeurs se rendent compte que le prix qu’ils veulent est trop élevé et acceptent de baisser.

P.G. : Aujourd’hui, faire une bonne affaire, ce n’est plus acheter pas cher, c’est acheter au prix du marché, c’est-à-dire au bon prix .

N.S. : Il y a de plus en plus de négociations, de 10 à 20 % du prix affiché.

P-Y.C. : Avant quand des propriétaires proposaient des prix trop élevés, le marché finissait toujours par leur donner raison au bout d’un certain temps. Tout simplement parce que les prix augmentaient de façon rapide et conséquente. Aujourd’hui, il y a un peu moins d’acquéreurs et le marché se stabilise. Les vendeurs reviennent donc rapidement à une attitude plus réaliste. Ceci est vrai pour les biens moyens.

Quels sont les endroits les plus recherchés sur cette côte entre Lorient et Damgan ?

B.G. : En dehors des stations du littoral, comme La-Trinité, Carnac, etc, le sud de Malestroit, à 40 minutes de la mer, attire beaucoup.

M.A. : Pas mal de Parisiens choisissent Auray et ses alentours pour passer leur retraite.

Pour parler concrètement, quel budget faut-il prévoir pour acheter une charmante maison de pays avec jardin ?

A.S. : Autour d’Auray, il faut prévoir un budget de 200 000 euros minimum.

B.G. : Dans le secteur de Malestroit, les premiers prix pour un bien avec “travaux à prévoir” se situent entre 80 et 100 000 euros.

N.S. : À Crac’h et dans les alentours, il faut compter 180 000 euros environ.

F.L.B. : Evidemment, sur le littoral, ce ne sont pas les mêmes tarifs. A La Trinité-sur-Mer, on ne trouve pas de maison de pêcheur à moins de 450 000 euros.

F.C. : À Carnac, on peut encore trouver une petite maison de pêcheur d’environ 60 m2 entre 250 et 280 000 euros. Les prix ne sont finalement pas si élevés par rapport aux autres grandes régions touristiques…

A.L. : Non, bien sûr. Nous trouvons parfois des choses à des prix un peu délirants ! Ceci étant, ils ne se vendent pas, je vous rassure !

Comment voyez-vous les choses évoluer ?

P-Y.C. : Le nombre de transactions reste bon, la hausse ralentit et les prix se stabilisent.C’est un atterrissage en douceur…

C.F. : Le Morbihan est une région très agréable, il y a de belles affaires immobilières à y faire et on ne risque pas un crash immobilier. D’ailleurs, la Bretagne du Sud n’a jamais connu de grande crise immobilière.

A.S. : Et il ne pleut pas tout le temps ! Ici, à un peu plus de trois heures de Paris, le climat est tonique et le parc immobilier diversifié. On trouve de petits produits, des biens “pieds dans l’eau”, des longères perdues dans la campagne, des maisons avec accès direct à la plage…

P.G. : Ajoutez à cela une nature préservée, la convivialité, l’authenticité, les infrastructures pour la famille... Ici, c’est dit, nous avons tout !

Residences Secondaires N° 42 - août - septembre 2006

Propos recueillis par Nicolas de Rouyn

Nos annonces

Afficher Player Player

Maison

56 - Vannes

V1467 IDEAL PIED A TERRE - PREMIER ACHAT OU INVESTISSEUR! TRES BEL ENVIRONNEMENT ...

ref : 1546232

CAP IMMO 17

Tél : 0699969190

Maison

56 - Morbihan

Erdeven, environnement calme et boisé pour cette maison des années 80 qui offre ...

ref : 570065

BELZ IMMOBILIER

Tél : 02 97 55 22 36

Propriété

56 - Morbihan

Merlevenez. Dans un petit hameau de caractère, ensemble de 5 bâtiments en pierre ...

ref : 570066

BELZ IMMOBILIER

Tél : 02 97 55 22 36

Maison

56 - Morbihan

Lorient. Nouvelle-Ville. Rénovation de haute qualité pour cette maison atypique. Rdj : une ...

ref : 570216

LAFORÊT LARMOR

Tél : 02 97 33 66 66

Maison

56 - Morbihan

Morbihan sud, à proximité des sentiers côtiers de la rivière d'Etel, agréable maison ...

ref : 570064

BELZ IMMOBILIER

Tél : 02 97 55 22 36