Au sud du Finistère

Go west, young man. En Bretagne, les prix déclinent à mesure que vous allez vers l’ouest. Le Morbihan touchant les sommets, c’est maintenant vers le Finistère que se dirigent les candidats à l’acquisition. Un peu plus loin de Paris, Nantes ou Rennes, mais tellement plus près de la vraie Bretagne. À notre demande, neuf professionnels se sont réunis pour faire le point sur ce marché en plein essor.

Les intervenants : -Claude Le Garo à Sainte Marine, Gildas Le Berre à La-Forêt- Fouesnant, Jean-Jacques Béout à Pont-l’Abbé, Erwan Cadic à Concarneau, Axel Dubroca à Pont-l’Abbé, Claude Le Du à Quimper, Anne-Catherine Krebs à Douarnenez, Séverine Tanguy à Quimper et Yanne Mallet à Pont-Croix.

Quel est votre secteur d’activité ?

Axel Dubroca : Laforêt Immobilier est installé à Pontl’Abbé, Loctudy et Tudy. Nous vendons des résidences secondaires plutôt dans le sud de la Cornouaille, de Penmarc’h à Bénodet.

Gildas Le Berre : Il y a trois agences Team Ouest Immobilier, à Quimper, Pont l’Abbé et la Forêt-Fouesnant. Cela nous permet de couvrir le sud du Finistère d’Audierne à Pont-Aven.

Erwan Cadic : Le Cabinet Cadic couvre la bande littorale de Fouesnant à Pont-Aven.

Anne-Marie Krebs : Chez Laforêt Douarnenez et Pont-Croix, nous nous occupons de la vente de maisons dans le pays de Douarnenez, du Cap-Sizun et de Porzay.

Jean-Jacques Béout : Situé à Pont-l’Abbé, Guy Hoquet l’Immobilier couvre le pays Bigouden.

Yanne Mallet : Anvea Immobilier est spécialisé dans le Cap-Sizun.

Séverine Tanguy : Tanguy Conseil Investissement couvre tout le sud du Finistère.

Claude Le Du : L’agence Maisons Guerrot se trouve à Fouesnant. Nous vendons essentiellement des résidences secondaires dans le Finistère sud, de Penmarc’h à Pont-Aven.

Claude Le Garo : Je dirige Le Garo Immobilier, trois agences à Fouesnant, Bénodet et Sainte-Marine. Mon secteur d’activité s’étend principalement de l’Ile de Tudy à Port-la-Forêt sur une bande de dix kilomètres de large. Immobilier Au sud du Finistère

Comment se porte le marché immobilier local ?

E.C. : Le marché de la résidence secondaire se porte très bien, la demande est très forte. Quant à celui de l’investissement locatif, il est plus calme qu’il y a deux ou trois ans, à l’époque de la loi Robien.

A-M.K : Les acheteurs de maisons secondaires sont plus nombreux et leurs budgets sont plus importants qu’avant.

J-J.B. : Le marché se maintient malgré le prix élevé des biens à la vente.

ST. : Oui, il est stable. Sauf pour certaines propriétés avec vue sur la mer ou sur une rivière, pour lesquelles la demande est plus importante que l’offre.

C.L-G. : Le marché est toujours actif, c’est vrai. Mais les négociations sont plus difficiles à mener car les vendeurs sont très gourmands et les acquéreurs plus pondérés.

A.D. : Le marché est plus serein, plus mature. Il n’a jamais été aussi intéressant d’acheter. Les taux d’intérêt restent attractifs, l’offre a considérablement augmenté - plus 110 % en un an - et les prix atterrissent.

Ceux qui souhaitent acheter en Bretagne se dirigent en priorité vers le Morbihan. Aller plus à l’ouest, c’est acheter moins cher ?

J-J.B. : Oui. On peut dire aux acquéreurs que le mot d’ordre est “Go west !”.

C.L-D. : Les acquéreurs qui connaissent le marché du Morbihan et qui viennent ici trouvent les prix intéressants. Mais nous ne sommes pas une région de report ! Beaucoup de personnes préfèrent l’authenticité de notre région.

G.L-B. : Oui, la majorité de nos clients ont volontairement opté pour la région car elle est moins touristique, plus sauvage et authentique.

C.L-G. : Les acheteurs sont attirés par la qualité de vie qui règne en Bretagne. Les grands espaces, le climat tempéré, la sécurité, la moindre fréquentation par rapport aux autres grandes régions touristiques…

Quel budget faut-il prévoir pour s’installer chez vous ?

C.L-G. : Pour une maison classique à Bénodet ou Sainte-Marine, à moins de 1 500 mètres de la plage, il faut prévoir un budget d’environ 450 000 euros. Les vues sur mer sont rares et les prix s’envolent, entre 800 000 et 1,5 million d’euros. Les appartements sont également très recherchés, à Bénodet en particulier, où nous commercialisons une nouvelle résidence à 150 mètres de la plage, mais sans vue mer, sur la base de 4 200 euros le m2. Les appartements plus anciens se négocient entre 2 500 et 3 000 euros le m2. Les maisons traditionnelles ou les petites maisons de pêcheur sont très demandées et se négocient entre 200 000 et 300 000 euros, en fonction de leur état.

Y.M. : Dans le secteur du Cap-Sizun, pour une résidence secondaire classique, il faut compter 200 à 250 000 euros. Maison à rénover, corps de ferme, maison traditionnelle, contemporaine ou bien manoir, la gamme de prix va de 100 à 650 000 euros.

A.D. : Le coeur de la demande se situe entre 140 000 et 230 000 euros pour une petite maison avec du caractère et un petit jardin, dans un cadre sympathique, proche de la mer… C’est ce qu’on nomme le style penty.

G.L-B. : Pour le Cap-Sizun et le pays Bigouden, le budget moyen se situe entre 230 et 400 000 euros. Dans le pays fouesnantais, les prix sont plus élevés. Ils tournent autour de 400, voire 500 000 euros pour une maison contemporaine et démarrent à 750 000 euros pour un manoir ou une propriété face à la mer.

E.C. : À Concarneau, une maison dans un bon quartier près du centre ville se vend autour de 300 000 euros. Pour une belle maison d’une centaine de m2 avec vue sur la mer, il faut compter entre 450 et 500 000 euros. Si on veut être carrément les pieds dans l’eau, il faut prévoir un minimum de 700 000 euros.

A-M.K. : On trouve encore des petites maisons de pêcheurs entre 90 et 150 000 euros, selon leur état. Pour un penty, il faut compter le même budget, variable selon l’état et l’emplacement. Pour une longère, on démarre à 150 000 euros et les prix peuvent aller jusqu’à 400 000 euros. Pareil pour une maison 1930 en ville. Pour les belles propriétés en front de mer avec un joli jardin, les prix vont de 350 à 900 000 euros.

La clientèle étrangère tient-elle une place de poids dans le marché local ?

J.C. : Non, pas vraiment. Ils constituent environ 10 % de notre clientèle.

L.P. : C’est le même pourcentage chez nous. Notre clientèle privilégiée est plutôt constituée de retraités qui sont déjà propriétaires en région parisienne et qui ont des budgets d’acquisition élevés par rapport aux locaux.

D.C. : J’ai également constaté l’arrivée d’acheteurs qui souhaitent quitter le sud de la France pour notre vert pays. Ils veulent plus de calme et plus de sécurité.

Comment envisagez-vous l’avenir ?

C.L-D. : Je trouve que le marché évolue plus calmement en terme de prix et que la demande est toujours forte, donc je suis très optimiste !

A.D. : Une maison au prix du marché trouvera toujours son acquéreur en quelques jours. Par contre, les vendeurs qui anticipent sur une future hausse ne trouveront plus d’acquéreurs.

C.L-G. : Le marché de la revente restera soutenu, mais je pense que les prix vont se stabiliser. On peut même envisager une baisse pour les maisons récentes situées à plus de 5 km de la mer.

Residences Secondaires N° 46 - avril - mai 2006

Propos recueillis par Nicolas de Rouyn

Nos annonces

Afficher Player Player

Maison

29 - Plouhinec

Penty idéal vacances offrant entrée sous véranda, pièce à vivre avec coin cuisine ...

ref : 529488

ACCIA IMMOBILIER

Tél : 02 98 75 04 06

Maison

29 - Plogoff

Maison située à proximité de la pointe du Raz offrant entrée, cuisine, salon, ...

ref : 1176986

ACCIA IMMOBILIER

Tél : 02 98 75 04 06

Maison

29 - Lesconil

A 1 km de la plage, maison entièrement rénovée, comprenant : salon, cuisine ...

ref : 197790

ACCIA IMMOBILIER

Tél : 0298661213

Maison

29 - Lesconil

Emplacement exceptionnel pour cette ensemble immobilier VUE MER, ACCES PLAGE, comprenant une maison ...

ref : 282760

ACCIA IMMOBILIER

Tél : 0298661213

Maison

29 - Pont-l'Abbé

Plein centre pour cette agréable maison en pierre offrant cuisine aménagée et équipée, ...

ref : 558512

ACCIA IMMOBILIER

Tél : 0298661213