Economiser l'énergie dans la maison

Tous les conseils pour maitriser votre consommation

ENTRE RÉFLEXES RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT ET DÉPENSES RENTABLES, IL EXISTE DE NOMBREUSES PISTES POUR ALLÉGER LA FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE VOTRE RÉSIDENCE… SUIVEZ NOS CONSEILS PRATIQUES.

Economiser l'énergie dans la maison
PHOTO FOTOSEARCH

Quelques investissements judicieux peuvent faire réaliser, à moyen et long terme, de grosses économies. Au moment de prendre une décision d'achat, pensez-y ! Carol Le Gall, directrice du pôle Énergie à l’Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) est catégorique : “Consommer beaucoup moins, ce n'est pas compliqué, et à la portée de chacun ! La preuve : nous consommons dans nos bâtiments presque deux fois plus d'énergie que les Norvégiens. En termes d'isolation et de chauffage, par exemple, les technologies existent déjà aujourd'hui pour nous offrir le même niveau de confort tout en respectant la planète.” En France, le bâtiment est le secteur le plus gourmand en énergie, devant les transports : 43 % à lui seul ! Voici nos conseils pratiques pour économiser l’énergie au quotidien.

Acheter économe

Pour maîtriser sa demande d'électricité, mieux vaut tout d’abord choisir des appareils électroménagers énergétiquement “performants”. À qualité égale de service rendu, leur consommation peut en effet varier du simple au triple ! L'étiquette “énergie”, aujourd'hui obligatoire, classe les rendements énergétiques de A (très économique) à G (forte consommation). Avant de passer en caisse, prenez l'habitude de jeter un oeil à ces informations. Vous découvrirez ainsi quel appareil est gourmand et qui l'est moins.

Entretenir sa chaudière

Une dépense très utile : l'entretien régulier de sa chaudière. À la clef, 8 à 12 % d'énergie consommée en moins. Encore mieux, si elle commence à se faire vieille… changez-la ! Avec un modèle récent, vous économiserez au moins 15 % de votre consommation, et jusqu'à 30 ou 40 % en optant pour certains modèles dits “basse température” ou “à condensation”.

Pour un chauffage performant, rien ne vaut l'installation d'une régulation et d'une programmation. Sous leur contrôle, les radiateurs fourniront la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans à-coups. Ce double système vous permettra aussi de faire d'importantes économies d'énergie (jusqu'à 25 %). Enfin, non moins essentielle, l'isolation – des murs et des fenêtres, mais aussi des toits, des planchers, etc. – est indispensable : elle peut réduire la facture de chauffage de moitié dans certains cas ! Les solutions techniques sont très variées pour traiter chaque cas avec efficacité, mais dans la plupart des cas, ces travaux peuvent donner droit à des aides financières, qui allégeront sensiblement la facture.

Demander un diagnostic énergétique

Pour aller plus loin, vous pouvez demander un audit énergétique : l'espace Info énergie le plus proche de chez vous (0810 06 00 50, prix d'un appel local) vous donnera les coordonnées d'un spécialiste. Cet audit est un véritable “check-up” de votre habitation, lors duquel un technicien mène un état des lieux minutieux. Après vous avoir posé tout un tas de questions sur l'isolation, le chauffage, la production d'eau chaude, la consommation électrique, etc., décortiqué votre comportement de consommateur, et pris de nombreuses mesures, il établit un diagnostic. Il traite ensuite les données recueillies et estime les déperditions d’énergie, puis fait des recommandations pour réduire votre facture de gaz et d’électricité. L'objectif final étant de passer en revue les faiblesses énergétiques de votre logement et de vous proposer les meilleures solutions pour y remédier. Le technicien vous précisera le coût de chaque intervention et les économies qu’elle entraînera. Enfin, dernière piste, il examinera les recours possibles aux énergies renouvelables… Une autre dépense astucieuse quand vous ne savez pas par où commencer. Vous restez bien sûr libre de suivre comme bon vous semble les conseils fournis par ce diagnostic énergétique.

Profiter des avantages fiscaux

Qu’on se le dise : il existe un crédit d’impôt pour les ménages faisant l’acquisition d’un équipement de production d’énergie utilisant une source renouvelable. Depuis le 1er janvier, la liste de ces équipements a de plus été étendue. Sont désormais concernés : les chaudières à basse température, les matériaux d'isolation thermique, les appareils de régulation du chauffage et de programmation, certaines pompes à chaleur. Ils s’ajoutent aux équipements déjà elligibles : chaudière solaire thermique, photovoltaïque, chaudière au bois, etc. Cet abattement d’impôt atteint 50 % du montant des équipements, hors frais d'installation. Pour en bénéficier, les dépenses doivent concerner des travaux effectués dans l’habitation principale du contribuable. La mesure concerne les logements existants, neufs ou devant être construit avant le 31 décembre 2009.

Renseignements sur www.ecologie.gouv.fr

NOS CONSEILS PRATIQUES PIÈCE PAR PIÈCE

DANS LA CHAMBRE

Renouveler l’air ambiant

Lorsque vous aérez une pièce, coupez le chauffage et ouvrez en grand les fenêtres pendant cinq à dix minutes. Ce laps de temps est suffisant pour renouveler l'air ambiant. De même, proscrivez les lampes halogènes, très gourmandes (300 à 500 W), et passez une fois pour toutes dans le camp des ampoules basse consommation (environ 15 W). Elles consomment cinq fois moins et durent huit fois plus longtemps que les ampoules à incandescence, pourquoi s'en priver ?

DANS LA CUISINE

Décongeler régulièrement.

Ne placez jamais d'aliment chaud ou surgelé dans votre réfrigérateur : comme les congélateurs, ils demandent beaucoup plus d'énergie lorsqu'ils givrent. Pensez aussi à décongeler ces appareils régulièrement, avant de partir en vacances par exemple. Évitez de juxtaposer un appareil de production de froid avec un four ou une cuisinière. Quand vous êtes derrière les fourneaux, laissez les couvercles sur les casseroles : maintenir 1,5 litre en ébullition dans une casserole demande quatre fois moins d'énergie avec un couvercle !

DANS LE SALON

Éviter le mode veille

Dans la chasse au gaspi, rayez le mot “veille” de votre vocabulaire. Télévision, ordinateur et chaîne hi-fi utilisent de l'électricité tant qu’ils ne sont pas complètement éteints. Débranchez donc ces appareils quand vous ne vous en servez pas. Dans le même esprit, pensez à éteindre systématiquement la lumière en sortant d'une pièce : l'énergie la moins chère est toujours celle que l'on ne consomme pas. Enfin, l'été, évitez la climatisation et rafraichissez vos pièces en priorité avec des moyens naturels (volets, stores…).

DANS LA SALLE DE BAINS

Privilégier la douche

Il faut 200 litres d'eau pour remplir une baignoire… contre 60 litres pour une douche de durée moyenne ! Le calcul est vite fait : préférez la douche. Lavez votre linge à basse température : les vêtements sans grosse tâche seront parfaitement propres, mais la consommation d'énergie, elle, sera réduite de 80 %. Plus globalement, le chauffage de l'eau est, après le chauffage, la part la plus importante de l'énergie utilisée dans un logement. Enfin, si possible, mettez votre linge à suspendre pour le faire sécher.

BON À SAVOIR

les certificats d'économie d'énergie Le principe ?

L'État impose aux fournisseurs d'énergie “chaude” ou “froide” (électricité, gaz, GPL, fioul…) de réaliser des économies d'énergie sur une période donnée ou de les faire réaliser par leurs clients. Les fournisseurs sont ensuite libres de choisir les actions qu'ils vont entreprendre : informer leurs clients sur les moyens à mettre en oeuvre pour réduire leur consommation énergétique, entreprendre des actions de promotion en relation avec des distributeurs d'équipements, etc.

Quelques chiffres clés chiffres à retenir : - Les appareils électroménagers efficaces de classe A ou B consomment jusqu'à deux fois moins d'énergie. - Un vitrage isolant permet d'économiser 7 % de l'énergie de chauffage. - Une chaudière efficace : 15 %. - L'isolation des murs : de 10 à 15 %. L'isolation du toit : de 10 à 20 %. - L'installation d'un thermostat d'ambiance programmable : environ 7 %. - L'installation d'un chauffe-eau solaire individuel ou d'une pompe à chaleur : jusqu'à 70 % de la consommation d'énergie liée à la production d'eau chaude.

STÉPHANIE PAICHELER.