Coup de coeur dans le Perche

La maison des roses

Dans une campagne normande verdoyante, nous avons découvert cet ancien moulin, son jardin plein de roses, ses prés et ses chevaux. Un lieu qui ressemble à la résidence secondaire idéale.

Les maisons sont comme des rencontres. Certaines vous inspirent immédiatement un sentiment désagréable et vous otent toute envie d’en savoir davantage. D’autres, au contraire, vous font instantanément un effet positif et vous confèrent cette délicieuse impression d’être en bonne compagnie. Cette maison-là est bien sûr de la seconde catégorie. À peine entré, on a envie de s’y installer. Pas juste pour un week-end, mais pour la vie. La petite route qui y mène, un charmant chemin ombragé, vous met déjà dans de très bonnes dispositions. Le portail d’entrée croule sous les roses, tout comme la façade de cet ancien moulin du XIXe siècle, et l’on est conquis avant même d’avoir franchi le seuil de la maison. Cet endroit qui a été très bien restauré est habitable dans l’instant. Pas de gros travaux à prévoir, donc. Un vestibule sépare la grande cuisine du salon et, à l’étage, un couloir dessert les quatre chambres et la salle de bains. La dépendance en retour d’équerre dispose d’un studio avec une grande chambre et une salle de bains. Le reste de ses mètres carrés habitables fait office de cellier mais pourrait facilement être réaménagé en une chambre supplémentaire, les travaux d’isolation ayant déjà été effectués. Pour finir, sachez que le jardin a été pensé pour que chacun puisse en profiter très confortablement à toute heure du jour, pour déjeuner, lire ou dormir, à l’ombre ou au soleil. Autour de la propriété, des prés, un étang et une petite rivière, autant dire un joli concentré de cette séduisante campagne vallonnée qui caractérise le pays d’Ouche. L’ensemble évoque l’univers de Colette (l’écrivain, pas la boutique culte !). En train, la capitale n’est qu’à une heure trente. Deauville, Trouville et leurs plages sont à moins de cent kilomètres. Voici un coup de coeur qui a tout pour provoquer un coup de foudre !

Résidences Secondaires N° 42 - août - septembre 2006