Nos astuces pour tout ranger

Il ne faut pas hésiter à exploiter les hauteurs et les espaces souvent délaissés

Vos placards et vos étagères débordent ? pas de panique, il existe une foule d'idées et des meubles adaptés à chaque type de rangement. C'est le moment de faire de la place !

Nous accumulons de plus en plus d’objets au quotidien. Conséquence, nos intérieurs sont de plus en plus encombrés, et les résidences secondaires n’échappent pas à cette règle. Il va sans dire que ce désordre est peu compatible avec l’idée de confort que nous attendons d’un tel endroit. Pour passer des week-ends et des vacances zen, dans un espace dégagé, il faut donc tout ranger et savoir se séparer de certaines choses ! Le tri est en effet la première étape d’une organisation intelligente. “La question primordiale à se poser est : cet objet m’est-il vraiment utile ? affirme Claudine Wayser, auteur du “Guide du tout ranger” (éd. Solar). Si vous ne l’avez pas utilisé depuis des années, n’hésitez pas, débarrassez-vous en ! Donnez ou alors jetez carrément, même si, sur le moment, cela vous paraît difficile.” Une fois cette sélection effectuée, il est temps de passer aux choses sérieuses. Chaque objet doit en effet trouver sa place. Mais tout n’est pas forcément repérable du premier coup d’oeil ; ainsi, on peut facilement oublier ce qui se cache au fond d’une boîte opaque, surtout si on ne s’en sert pas tous les jours… Pour vous y retrouver, le plus simple est encore de tout étiqueter.

Tirer parti du moindre recoin

Concepteur de meubles, Guillaume Parent imagine des solutions pour tout ranger dans un minimum de place. “L’astuce consiste à exploiter des espaces atypiques, habituellement délaissés”, explique-t-il. À condition d’avoir une hauteur sous plafond de 2,50 mètres minimum, on peut, par exemple, installer des étagères en hauteur dans les couloirs. Pour être accessibles, celles-ci doivent être complétées par un escabeau ou une petite échelle de bibliothèque, fixée à une barre métallique pour pouvoir coulisser latéralement. Autre idée judicieuse : utiliser l’espace disponible sous l’escalier. Ainsi, Guillaume Parent a imaginé, avec la société Espace Loggia, un “escalier brick”, autrement dit “qui offre le rangement d’une grande commode”. Sous les marches, les possibilités sont plus vastes qu’on ne le pense : on peut y entreposer des boîtes ou des casiers juxtaposables et empilables, créer des étagères... et même y installer une bibliothèque. Cela ne présente aucune difficulté, car celle-ci nécessite peu de profondeur et ses rayonnages peuvent s’adapter à n’importe quelle hauteur. Le lit peut, lui aussi, devenir un espace de stockage. Rien de plus simple : il suffit de remplacer un sommier classique par un podium, espace creux dans lequel vous pourrez facilement intégrer des tiroirs sur roulettes qui pourront contenir tout votre linge de maison. Ikea va même plus loin : pas un centimètre de perdu avec ses “têtes de lit-rangements”, qui font office de tablettes de chevet

À chaque pièce son rangement

La cuisine est l’une des pièces dans lesquelles il est le plus facile de se laisser déborder. Pourtant, les solutions existent pour optimiser les rangements. Exemple : les meubles hauts dépassent rarement les 70 cm, et bien peu atteignent le plafond… pourquoi ne pas les prolonger ? On peut aussi tirer parti de la crédence, en l’équipant de batteries de couteaux, de pots à épices, etc. De son côté, Hygéna propose d’astucieux tiroirs à bouteilles et des tourniquets, pour optimiser le moindre centimètre carré. Mais le plus complexe à ranger, c’est le salon, du fait de sa multifonctionnalité : espace télé, coin bureau, partie repas… Les industriels et designers l’ont bien compris, et proposent des rangements modulaires et mobiles, qui peuvent être ouverts ou fermés, montés sur roulettes ou démontables, etc. Certains cachent bien leur jeu : un canapé peut dissimuler toutes sortes de tiroirs dans ses étagères et son socle. Enfin, on peut aussi diviser l’espace en installant un meuble ouvert, offrant de nombreux rangements accessibles d’un côté comme de l’autre.

Le dressing, super optimiseur d’espace

“Que ranger devienne un plaisir”. C’est la volonté affichée par Célio, créateur de dressings qui nous réconcilie avec le rangement à l’aide de nombreuses innovations. À l’image de cette penderie inclinable, grâce à laquelle vous n’avez plus à monter sur une chaise pour attraper les vêtements rangés trop haut ou difficilement accessibles. Désormais, tout est à portée de la main, et vos vêtements viennent à vous d’un seul geste. Quant au porte-pantalons coulissant, il permet de ranger et de superposer sans faux pli de nombreux pantalons sur des barreaux de soutien. Pratique et facile à utiliser, il se manipule comme un tiroir. Les rangements Archéa, les As du placard, et Hülsta, offrent eux aussi de multiples rangements pour tout agencer de manière optimale. On installe tour à tour penderies, étagères, tiroirs ou casiers, en fonction de ses envies. De manière générale, la clé d’un bon rangement, c’est de pouvoir tout repérer au premier coup d’oeil. Ainsi, les portes et les tiroirs doivent s’ouvrir totalement, sans laisser d’angle mort. Il s’agit ensuite d’optimiser le moindre centimètre carré pour que chaque vêtement soit à sa place : barre d’accrochage haute pour les robes et les manteaux, basse pour les chemises, les vestes et les pantalons ; étagères pour accueillir pulls et tee-shirts ; tiroirs compartimentés pour la lingerie et les chaussettes, etc. Rendez facile d’accès tout ce qui vous sert au quotidien, et réservez les étagères hautes aux objets dont l’usage est moins fréquent. Enfin, pensez à prévoir 25 % d’espace supplémentaire pour vos futures acquisitions… On n’est jamais trop prudent !

L’AVIS DU PRO

Cyrille Frémon, home organiser

Elle jette, trie, classe et ordonne tout à votre place. Son métier : “home organiser”. “Mon activité consiste à aider les gens à se désencombrer, explique Cyrille Frémont. Ils font appel à moi quand ils étouffent sous le désordre, qu’ils ne savent plus par où commencer. Avant tout, je discute avec eux pour bien cerner leurs besoins. Ensuite, place à l’analyse, avec un état des lieux de la maison. Derrière, je mets la main à la pâte ! Je suis là pour leur amener l’énergie qu’ils n’ont plus. On trie, on jette ou on donne. Ensuite, je trouve la bonne place pour chaque chose.” Un chantier dure en moyenne une journée, pour un forfait de 700 €.

STÉPHANIE PAICHELER