Aménagez vos combles

Faire preuve d'astuce pour éviter les espaces perdus

Les combles peuvent permettre de gagner de précieux mètres carrés. Mais leur aménagement s'avère souvent complexe. Tout ce qu'il faut savoir avant de se lancer...

Aménagez vos combles

S’offrir une suite parentale, aménager une salle de jeux pour les enfants, créer enfin la chambre d’amis de ses rêves... À l’heure où le prix du mètre carré est au plus haut, le constat s’impose : mieux vaut agrandir sa résidence secondaire. Mais tout le monde n’a pas la possibilité de s’étendre au sol, alors pourquoi ne pas prendre de la hauteur ? Ça tombe bien, juste sous votre toiture, un volume jusqu’à présent inexploité n’attend que votre imagination pour se transformer en un espace convivial : les combles. Les rendre habitables, voilà un excellent moyen à la fois de valoriser son bien et de répondre aux nouveaux besoins, aux nouvelles envies apparus au fil des ans.

Avant les travaux

Mais attention, aménager ses combles est un projet ambitieux, qui peut impliquer jusqu’à six corps de métiers différents : un maçon-couvreur, pour vérifier l’état de la toiture avant les travaux ; un charpentier, pour s’assurer de la bonne tenue de la charpente ; un menuisier, pour réaliser l’escalier d’accès et les gardes-corps ; un électricien, pour installer le réseau électrique ; un plombier, pour mettre en place les réseaux d’eau et un plaquiste, pour monter les cloisons et se charger de l’isolation. D’où l’utilité de confier l’intégralité du chantier à un professionnel, qui se chargera de tout coordonner pour vous. C’est un bon moyen d’éviter des retards importants ou des frais supplémentaires. Pour remplir cette mission, vous aurez le choix entre un architecte ou une entreprise spécialisée dans l’aménagement des combles. Ces interventions entraînent certes un surcoût, mais offrent l’assurance de travaux réalisés dans les règles de l’art et, surtout, une garantie en cas de problème. En revanche, il est difficile de déterminer un budget standard, tant le coût de l’opération peut varier en fonction du type de travaux que l’on a à effectuer. En général, sachez que l’aménagement de vos combles vous coûtera entre 500 et 1 000 €/m2.

État des lieux

Pour pouvoir profiter pleinement de cette nouvelle surface, vous devez d’abord prendre en compte la hauteur sous plafond. En dessous de 1,80 m ou si la pente du toit est supérieure à 30 %, on considère que les combles ne sont pas habitables. Ainsi, il vous faudra peut-être modifier la charpente ou, si c’est possible, abaisser le plancher. Une étape délicate, car la charpente est un assemblage conçu pour résister à des efforts importants. Le moindre défaut dans l’opération peut mettre en péril la solidité même de votre toit. Pour faire de vos combles une pièce à vivre agréable, il vous faudra en soigner l’isolation. Surchauffe en été, froid glacial en hiver : pour éviter ces désagréments climatiques, toute une palette de solutions s’offre à vous. L’isolation par l’extérieur est la plus performante : continue, elle supprime les ponts thermiques, c’est-à-dire les zones de fortes déperditions d’énergie. De plus, elle permet de ne pas perdre d’espace, mais elle est plutôt lourde à mettre en place. À l’intérieur, la laine minérale est une bonne option pour son rapport qualité-prix, mais ses 20 cm d’épaisseur rapprocheront fatalement les murs.

En pleine lumière

L’un des principaux enjeux de l’aménagement des combles est de faire entrer suffisamment de lumière. On peut installer une lucarne dans une chambre mais si on décide de transformer celle-ci en bureau, une fenêtre de toit offrira une meilleure luminosité. Dans tous les cas, pour bénéficier d’un éclairage satisfaisant, la surface de vitrage doit être au moins égale à 15% de la surface au sol de la pièce. Si vous optez pour la fenêtre de toit, sachez qu’il vaut mieux choisir plusieurs petites fenêtres, qui répartiront la lumière harmonieusement dans toute la pièce, plutôt qu’une grande ouverture qui laissera toujours des zones d’ombre. Indissociables des fenêtres de toit, les stores et volets permettent d’éviter la surchauffe. Moins généreuse en lumière, la lucarne offre une vue verticale, mais son installation nécessite une pente de toit d’au moins 30 %. Enfin, la verrière décroche la palme de la luminosité, mais attention aux risques de surchauffe ! Les cloisons, qui ne sont pas porteuses, doivent être le plus légères possible. Les panneaux de plâtre ou de bois, par exemple, sont conseillés. Si vous choisissez des cloisons “traditionnelles” (carreaux de plâtre ou de béton cellulaire, pavés de verre), plus lourdes, assurez-vous que le plancher supportera bien une telle charge. Se pose également la question de l’accès à votre nouvel étage. En colimaçon, droit ou à quart tournant, l’escalier sera ainsi installé à la fin des travaux, une fois le revêtement de sol posé, afin d’obtenir un ajustage parfait de la hauteur des marches. Il débouche généralement au centre des combles, pour vous éviter de vous “cogner” la tête contre le plafond. Récompense ultime, vous pourrez alors enfiler votre “costume” de décorateur pour attaquer les finitions : peinture ou papier peint, rangements, objets de déco, etc. Vous priver de ce plaisir, ce serait le comble !

L’AVIS DU PRO

Serge Gertoux, architecte

“Murs inclinés, angles particuliers, niches, conduits de cheminée... Les combles, ce sont de nombreuses formes atypiques, avec lesquelles il faut pourtant composer. Le volume et les charpentes y sont différents à chaque fois, il n’y a pas d’architecture standard. Ici, pas de pièce parfaitement rectangulaire, c’est une autre façon de vivre l’espace. Par conséquent, il n’y a pas de solution toute faite : chaque aménagement est particulier, et réalisé sur mesure. C’est tout l’intérêt de ce type de projet : savoir s’adapter, tirer parti au mieux des volumes et multiplier les astuces. Par exemple, installer en bas de pente placards, rangements ou zone de couchage, exploiter la hauteur pour créer un demi-niveau en mezzanine... tout est imaginable !”

STÉPHANIE PAICHELER